Dimanche 19 Août 2018, 22:59     Connectés : 4      Membres : 3


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Chris Avellone nous parle de son départ de chez Obsidian

par Caparzo 03 Mai 2018 12:48 28

Depuis maintenant quelques mois, les langues semblent se délier en ce qui concerne les conditions de travail au sein des studios de jeu vidéo. Bien évidemment, nous n'allons pas mettre ici tous les développeurs dans un même panier, mais un réel problème semble exister dans ce domaine. Pour aller un peu plus loin et pour prendre un exemple nous parlant un peu plus sur RPG France, nous allons nous concentrer sur Chris Avellone et Obsidian Entertainment.

Pour ceux du fond qui ne comprendraient pas de qui nous parlons ici, sachez que Chris Avellone a travaillé sur une partie des plus gros cRPG sortis à ce jour comme Baldur's Gate , Icewind Dale, Fallout 2, Neverwinter Nights 2, Planescape : Torment ou bien encore Alpha Protocol. Oui, j'exagère un peu pour ce dernier, mais il me tient toujours très à cœur. Le bonhomme a donc pu rouler sa bosse en tant qu'auteur, lead designer ou bien en tant que narative designer dans des studios aussi mythiques que Black Isle, Interplay qu'Obsidian Entertainment.

Malheureusement, les bonnes histoires semblent parfois mal se terminer et c'est que ce cher Avellone nous fait savoir sur RPGCodex.net. C'est effectivement lors d'une réponse sur le forum du Codex suite à une longue interview réalisée par ce dernier, que l'intéressé nous apprend que son départ de chez Obsidian en 2015 a été plus que houleux. Le bonhomme nous fait savoir qu'il n'a rien reçu en quittant le studio. Ce dernier a même profité des problèmes personnels d'Avellone — annulation de son assurance vie à ce moment-là, etc — pour tenter de lui faire signer un accord de séparation bien plus restrictif.

Celui-ci lui interdisait de travailler sur d'autres RPG et ne lui permettait pas de parler d'Obisidan ou des autres compagnies dans lesquelles son PDG possédait des parts comme Fig, Zero Radius ou bien encore Dark Rock Industries. Cet accord ne lui donnait pas non plus le droit de critiquer les jeux sur lesquels il avait travaillé par le passé.

Bref, tout n'est pas rose dans l'industrie du jeu vidéo, même dans des entreprises donnant pourtant de l'extérieur une très bonne impression. Depuis, Chris Avellone aime travailler de chez lui — mais pas seulement — et a participé aux développements de jeux comme Divinity : Original Sin 2, Prey ou bien encore Pathfinder : Kingmaker.

Commentaires (28)

#26

Rolala
Guerrier

Et évidemment, personne pour citer Lucien Grudu à qui on doit le scénario du RPG conceptuel "la foire au boudin du Père Michot", un jeu indépendant passé inaperçu parce que dans l'ombre de cette merde pour nerds boutonneux qu'est The Witcher 3.

... caca scénarisé par un stagiaire de "Plus belle la vie".

Message édité pour la dernière fois le : 06/05/2018 à 15:19

#27

Shaam
Grand chevalier

Les chiantos sont en vente libre ? :p
#28

Gaek_Shao
Guerrier

@reebob

Tutututut, je ne parlais que de l'insulte inutile.

Pour la politique chacun a son idée, et je ne suis pas vraiment monoclassé communiste à fustiger férocement les boites et les patrons au profits uniquement des salariés.
Mais je suis assez d'accord avec toi tout de même, des salariés jetés fera forcément baisser la qualité des jeux.
Mais on ne peut nier aussi que la situation économique doit jouer aussi. Il faut protéger les dit salariés, mais aussi les boites. Car c'est un tout sans boites pas de salariés et sans salariés évidemment pas de boites.
#29

vault4ever
Citoyen

Pour avoir "subi" licenciements économiques et une fusion, ce n'est hélas jamais drôle (y compris dans des emplois "banaux", hors des jeux vidéos...) de se faire "virer".
Mais à lire les "restrictions" imposées par le studio, c'est assez ... risible.

Manifestement, les acteurs du monde du jeu vidéo paient les développements de plus en plus lourds des AA ou autre AAA. Si en plus les actionnaires sont - peut être- des fonds de pension qui veulent impérativement que cela "crache" du 15 à 25 % par an...... joie pour les employés.
Bref, personne ne se "marre" à notre époque, sauf ceux qui sont sur des marchés de niches ...




Voir tous