Jeudi 30 Octobre 2014, 16:10     Connectés : 23      Membres : 22


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Traduire Discord Times

par all_zebest 13 Déc 2012 18:00 1

Les lecteurs me connaissent comme rédacteur et chroniqueur occasionnel, mais je suis aussi correcteur et surtout, depuis quelques années déjà, traducteur bénévole (japonais et anglais). Bref, je vais me limiter ici aux réflexions qui me sont venues en traduisant Discord Times, que ce soit en termes de logiciel ou de langue afin que vous vous fassiez une meilleure idée de mon travail de traducteur bénévole.




En termes de logiciel

 

L’interface
Pour ce qui est de l’interface, tout d’abord, il existe des jeux plus ergonomiques pour une traduction (« translator friendly »). Les jeux qui, dès le départ, sont conçus pour être traduits, comme c’est le cas de tous les jeux de Soldak que j’ai traduits également, et dont tous les textes se présentent sous forme de fichiers textes éditables avec un traitement de texte ordinaire. Discord Times, en revanche, utilise deux types de fichiers pour les textes. D’une part les fichiers textes proprement dits, qui concernent l’interface, les objets et les noms d’unités génériques (par opposition aux PNJ) ainsi que l’éditeur de niveau fourni. D’autre part, les fichiers de maps qui ne sont éditables que dans ledit éditeur de niveaux. Pas de mystère, et en l’absence de didacticiel à l’usage des traducteurs amateurs, j’ai découvert la manière de procéder sur le tas. Cinq étapes sont nécessaires


Les différences entre la version « commerciale » de Discord Times et la « Collector Edition »

Sachez qu’il existe deux versions du jeu. La version commerciale, plus ancienne, comporte de nombreuses fautes de traduction et est assez catastrophiques au niveau de l’anglais. D’un niveau de difficulté mal géré, notamment concernant la faible rentrée d’argent du héros, ressource indispensable à la gestion de votre escouade, cette version a reçu mauvaise presse et a été critiquée par la plupart des joueurs.

A l’occasion de la sortie de sa presque « suite », Legends of Eisenwald, une Collector Edition a été réalisée. La traduction anglaise a été entièrement revue. Adieux les coquilles et tournures pas naturelles. C’est de l’anglais correct. En outre, la difficulté a été ajustée. Moins absurde, elle vous donne les moyens (c’est le cas de le dire) nécessaires pour gagner, enfin, juste le strict minimum ! De plus, l’édition a un nouveau scénario, “A Tale of Wandrerings” (“Un récit d’errances”) et la campagne “Trein’s Delta » (« Le Delta de Trein ») a des quêtes annexes supplémentaires et des changements. L’édition collector offre aussi l’éditeur de niveau jusque là réservé aux développeurs. Assez complet, il permet de faire des campagnes variées et propose facultativement une génération aléatoire de map. C’est un gros plus. Enfin, de nouvelles options font leur apparition : la ligne de front étendue, qui permet de placer six combattants au lieu de 4 – ce qui change complètement le déroulement des batailles, ne les rendant ni plus simples, ni plus difficiles, juste différentes. Ensuite, ont été ajoutés le niveau de difficulté impossible et l’intelligence artificielle améliorée des ennemis, qu’il est recommandé de ne pas utiliser, sauf volonté de perdre en un ou deux coups, et j’exagère à peine.

Notons qu’avec ma traduction de la version collector, je permets aux acheteurs de la version commerciale de bénéficier de fait de la nouvelle campagne et de « Trein’s Delta » dans sa version définitive, ainsi que des modifications de la difficulté au niveau de l’argent (mais pas des options supplémentaires).

 

 

En termes de langue

 

Ne connaissant malheureusement pas le russe, je suis obligé de passer par la langue-pivot qu’est l’anglais. Heureusement, comme je l’ai dit plus haut, la traduction anglaise a été revue. Je n’ai donc aucun mal à comprendre ce qui est écrit. Sachant que ma traduction a pour objectif de permettre le jeu en français dans une formulation aussi précise et agréable que possible, en évitant le trop plein d’anachronismes, et  si on on accepte ce point de départ, alors je peux continuer.

Comme son successeur Legends of Eisenwald, Discord Times décrit un contexte médiéval clairement continental. La plus grosse difficulté tient aux noms propres. Ils semblent souvent créés avec un générateur aléatoire, mélangeant les racines anglaises, françaises, slaves et allemandes. Mon parti pris, traduisant de l’anglais au français, a été de définir la nationalité de chaque personnage et d’ensuite d’unifier le nom. Toutes les désinences anglaises ont été traduites en français et les personnages clairement germaniques ont vu leur nom germanisé. Certains noms, qui n’existent pas, ont été adaptés au plus proche. Ces noms, il me semble qu’il aurait été bête de les garder car les développeurs visent une certaine cohérence historique.

Voici quelques exemples de noms originaux suivis de leur traduction : Rotger Von Warlock devenu Rotger le Sorcier (personne ne s’appelle Von Warlock ! En outre, la particule de nobilité allemande, comme la française, s’écrit en minuscule). Alex Von Sunlog devient Alexandre de Solange (le diminutif est hors de propos et le nom est un mélange). Même problème pour Louis Von Ottle devenu Louis d’Auteuil. Les noms ont tout de suite plus de vraisemblance en français. Les noms de brigands ou de moines sont parfois intraduisibles. Dans ce dernier cas, j’opte donc pour une francisation phonétique. Took devient Touque. Joe Cocker devient Jo Coquerre…

Pour ce qui est des toponymes, les noms en « -ville » perdent souvent leur terminaison. Ainsi par exemple Saltville devient-il La Salée. J’essaie autant que faire se peut de garder les noms français d’un côté et les noms allemands de l’autre. Bref, de mettre un peu de vraisemblance au service de l’esprit que les développeurs ont voulu insuffler au jeu, malgré des carences, de leur côté, en langues étrangères, ce dont je ne les blâme pas.

Enfin, les formules d’adresse sont bien sûr traduites et certains titres nobiliaires réajustés. Certains suzerains châtelains sont appelés « Knight » alors qu’ils sont au minimum barons.

Voilà quelques uns des choix que doit faire tout traducteur, quel que soit le medium sur lequel il travaille. Ainsi, il ne peut que s’exposer à la critique, mais la traduction est aussi une réécriture, et pour être fidèle à l’esprit, il faut parfois être infidèle à la lettre.

Au joueur en tout cas de se faire une idée de mon travail en téléchargeant le patch ici.

Commentaire (1)

#2

skoeldpadda
Garde royal

Le bien bel article que voila.
Le soin apporté aux noms me plait particulièrement, d'autant qu'elle rejoint une discussion que j'avais eu avec un ami fanatique de VO qui ne supporte pas de lire ou voir quoi que ce soit de traduit, et certainement pas les noms des personnages.


Personnellement, si j'aime regarder les films anglophones en anglais et que lire la langue ne me pose aucun problème, je ne crache pas sur une belle traduction, bien au contraire. Ca reste par ailleurs une discipline qui m'interesse énormément et, en lisant parfois cinquante éditions de cinquante bouquins traduits par cinquante éditeurs différents, j'en suis venu à penser très sincèrement qu'une belle écriture à même de traduire l'enjeu et de l'exprimer clairement prévalait très largement sur la transcription littérale du "mot", quitte à devoir sacrifier un poil du texte original sur l'autel d'une VF raffinée. Comme tu le dis, les afficionados de VO hurleront peut-être au viol si on n'est pas au mot près, mais de toute manière, traduire un texte, même au plus proche, c'est déjà une trahison de la vision de l'auteur (côté cinéma, il est toujours très interessant d'écouter l'avis d'un gars comme Patrick Poivey sur la question).
Le problème se pose en littérature comme pour la synchronisation labiale au cinéma. L'anglais ne se construit/prononce pas comme le français et s'il faut perdre de l'original pour avoir une traduction de qualité, je n'suis pas du genre à me poser de question. D'autant que, quitte à lire dans ma langue, j'aime autant avoir droit à une belle prose.


Pour ce qui est de Discord Times, ton test m'avait déjà fait réinstaller la chose, je m'en vais l'agrémenter de ta traduction d'autant plus facilement que la version anglaise que je possède, c'est celle d'origine, toute moche.

Message édité pour la dernière fois le : 13/12/2012 à 20:07





Voir tous
S'abonner