Jeudi 30 Octobre 2014, 16:53     Connectés : 28      Membres : 27


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Débat #4: pour ou contre les mondes ouverts dans les RPG ?

par Etienne Navarre 27 Déc 2012 18:30 38

Le thème de ces débats est "pour ou contre", et pas "pensez-vous que". La prise de parti radicale est volontaire pour opposer deux visions totalement différentes sur un thème large. Le débat est là pour ouvrir le questionnement, pas pour répondre à une question précise.


 

Quand il s'agit de se lancer dans un RPG, la question de la nature et de la taille de la zone de jeu intervient fatalement à un moment ou à un autre. Et c'est toujours assez fébrilement que les joueurs attendent cette annonce qui, pour certains, doit répondre à une exigence de taille justement. Vaut-il mieux un grand monde ouvert ou un univers plutôt cloisonné ? En soi, un monde ouvert fait-il d'un RPG un bon RPG, ou serait-ce plutôt l'inverse ?

Bien entendu, on n'est pas à l'abri d'un monde ouvert vide et d'un monde fermé "couloirisé" à l'excès. Mais au-delà, la question est plutôt celle du rapport qu'entretient l'amateur de RPG au monde dans lequel il se plonge. En lançant une partie de Skyrim, ou d'un plus ancien Elder Scrolls, on sait où l'on met les pieds d'une certaine manière et on sait surtout que l'on veut pouvoir faire un peu ce que l'on veut. Visiter telle grotte, aller parler à tel PNJ, faire de la promenade bucolique et explorer la carte, aller dans telle ville ou tel château... De la même façon, l'univers de Dark Souls traduit particulièrement bien ce sentiment de liberté dans l'approche des zones tant la carte (gigantesque et ouverte) autorise les allers-retours et le choix d'aborder les recoins de ce monde ravagé. On peut citer également Dragon's Dogma, Les Royaumes d'Amalur ou les Fallout, façon Bethesda, qui font partie de ces RPG plaçant la joueur dans un gigantesque bac à sable vidéo-ludique où il peut très bien passer son temps à s'écarter de l'histoire principale en arpentant le pays à sa guise. Dans un RPG à monde ouvert, on donne une responsabilité au joueur : on lui donne les clefs du jeu, à lui d'en faire ce qu'il a envie d'en faire.

A l'inverse, dans des RPG plus fermés dans leur zone de jeu, on est plutôt comme invité chez quelqu'un. Alors quid de la narration ? Quand on sait la place de choix que prennent l'histoire et les quêtes dans un RPG, on peut légitimement se dire qu'un jeu qui guide le joueur et le prend par la main dans un monde cloisonné peut tout à fait gagner en qualité narrative ce qu'il perd en liberté d'action. Si l'on observe des jeux comme Deus Ex ou The Witcher, généralement soulignés pour leur qualité narrative, on se rend bien compte de la possibilité bien réelle d'influer sur le monde dans lequel on gravite. Le cloisonnement de l'univers et le fait d'emmener le joueur sur des sentiers tracés autorisent en effet une plus grande liberté narrative et une meilleure approche de la notion de choix dans la résolution des quêtes.

On constate que les deux types d'environnements amènent des libertés différentes au joueur. Alors quelle est la plus viable pour un RPG de qualité ? Qu'il s'agisse de gameplay ou de narration, on peut ainsi se demander si un monde ouvert est fondamentalement une garantie de qualité pour un RPG.

Pour répondre à ces questions, demandons l'avis éclairé de Megamat & de Batman.

 

POUR : Megamat

Qui n'a jamais rêver de liberté, de grands espaces, d'univers divers et variés dans la vie comme dans nos jeux préférés, les RPG ? Les mondes ouverts (ou open world) sont là pour donner ce sentiment de choisir sa voie, sa route, son destin, de faire ses propres choix d'aventure et surtout avoir ce sentiment d'être totalement libre.

En général, dans ces univers grandioses dits "ouverts", on retrouve une quête principale, une trame et des quêtes annexes qui nous guident et nous permettent de ne pas trop nous égarer dans le wasteland. Prenons par exemple un Fallout 3, où, lâché dans un monde hostile, nous fait mourir au premier coin de rue si l'on s'écarte trop de la route qui nous a été tracée au départ, histoire de monter un peu notre personnage de niveau. C'est le début et c'est normal, car au bout de quelques heures nous sommes habilité à parcourir le monde dans tous les sens, pour le meilleur et pour le pire. Suivre un système de tunnels tout le long de l'histoire est parfois frustrant, comme ne pas pouvoir découvrir ce qui se cache derrière tel ou tel bâtiment, montagne, forêt, ça laisse parfois un goût d'amertume.

Alors oui, il existe des compromis entre mondes ouverts, semi-ouverts et dirigés, comme The Witcher qui nous offre des heures de jeu dans un monde fermé, mais qui offre aux joueurs ce sentiment de ne pas être emmurés. Bref, avoir le choix et gérer le scénario comme on l'entend, ça n'a pas de prix, je kiffe et j'aime ça.

 

 

CONTRE : Batman

Comme je le dis souvent, un bon scénario de jeux vidéo doit être au service des mécaniques de jeu, et les mécaniques de jeu au service du scénario. Avoir un monde ouvert dans un RPG, c'est typiquement l'élément de gameplay qui desservira justement la trame de l'histoire. La liberté que nous offre un monde ouvert poussera le joueur, à juste titre, à s'écarter du droit chemin, à délaisser la quête principale, au profit de quêtes secondaires, de l'exploration et de la découverte.

Mais avec une telle approche, comment garder un rythme de narration cohérent ? Skyrim est l'un des exemples récents qui en souffre le plus. Le joueur sera tenter de laisser de côté la quête principale pendant des jours, n'hésitant pas à laisser poireauter un vieux barbu plusieurs mois avant de lui annoncer qu'il n'a pas retrouvé la corne de Jurgen Parlevent.
La plupart des joueurs de TES ont tous ressenti cela : on exploitera un monde ouvert jusqu'à la moelle avant de délaisser le jeu sans même prendre la peine de compléter la quête principale, et ce sans remords.

A titre comparatif, des RPG plébiscités pour leur rythme de narration et leur scénario plus riche comme les Deus Ex ou ce cher Witcher 2 auront opté pour des mondes plus fermés, une histoire plus dirigiste, mais plus poignante, plus marquante et c'est aussi cela qui fait leur force. Faire une croix sur le monde ouvert ouvre plus de perspectives pour mieux impliquer le joueur dans l'histoire, un point loin d'être négligeable dans nos jeux de rôles favoris.

 

 

Archives

Pour ou contre le retour des vieux RPG ?

Pour ou contre le sexe et les romances dans les RPG ?

Pour ou contre le dématérialisé ?

Commentaires (38)

#2

skoeldpadda
Garde royal

Oh, que ce débat est tenant.....

Ceci dit, je me demande vraiment si le vieux râleur que je suis doit donner son avis sur cette question qui à l'heure actuelle s'apparente plutôt à mes yeux à un "Skyrim est-il l'avenir du RPG?"

Et vous savez bien que j'y répondrais non.


J'ai un gros soucis avec le monde ouvert. J'adore ça dans les yeux de voitures, j'aime explorer, dérorer des kilomètres de route ou traverser un continent à travers champs.
Dans les RPG, je reste cependant un ardent défenseur du donjon. Les mondes ouverts ont tendance à vite m'ennuyer et, surtout, à ne plus cacher les érances d'un game-design pas toujours bien pensé. Le RPG n'est pas réputé pour la qualité de ses environnements mais plutôt pour ses règles et ses histoires.
Un jeu comme Witcher 2 arrive, en fermant ses environnements mais en leur donnant néanmoins un format élargi, à rester focalisé sur sa trame scénaristique sans pour autant omettre de laisser un semblant de liberté au joueur qui peut aller marchander des plantes pendant des heures, grinder du necker comme un porc ou s'adonner au craft et même faire quelques mini-jeux. C'est bien pensé, la mise en scène et l'immersion s'en trouvent considérablement renforcées. Autre point non négligeable : le jeu, n'étant pas résolument ouvert, permet de garder un système de règles claires desquelles on n'a pas à souffrir en essayant d'aller trop près des bords puisque, tout simplement, le système ne le permet pas.

Le cas inverse, donc, c'est Skyrim. Je n'ai jamais caché le relatif désinterêt teinté de viscérale haine que j'ai pour les Elder Scrolls depuis quelques années et l'abandon progressif par la série de "la règle". Arena reste, de loin, l'opus le plus interessant à mes yeux pour cette raison. Skyrim est, et je l'ai déjà expliqué sur ce forum en long et large et dans le détail, le parfait exemple du RPG sans règles, du truc où il est demandé au joueur de se limiter lui même s'il ne désire pas faire le gros bill sans soucis aucun pour une quelconque cohérence de jeu.
La raison en est toute simple : Skyrim est la victime consentante de son monde ouvert et des milliards de possibilités qui en découlent. Résultat, à trop ouvrir le jeu, il en perd toute substance et devient une espèce de sous-monde virtuel où le seul plaisir reste de se perdre. C'est cool, assurément, mais ce n'est absolument pas ce que j'attend d'un RPG.

Comprennez moi bien, le monde ouvert, je n'ai rien contre. Des jeux comme Fallout 3 font même ça très bien. J'aime explorer et avoir de l'espace dans mes RPGs, mais le monde ouvert pour le plaisir du monde ouvert, au détriment de la base de ce que je considère comme un jeu de rôle (à savoir : du build, des règles), définitivement non.

Message édité pour la dernière fois le : 27/12/2012 à 19:15

#3

Novabis
Villageois

débat difficile! Aussi difficile d'argumenter le pour comme le contre.

Je dirais que je suis contre pour un RPG! (déjà que je suis contre les MMO!)
Un rpg trouve sa richesse dans le scénario, dans sa capaciter d'immertion du joueur (ne pas confondre immertion et rendre accro!). Tout les open world que j'ai pu jouer, tester ou encore voir par des video et autres test, sont, selon moi, baclé!
On nous propose des quêtes in-intéressantes (parfois on essaye de sortir de l'ordinaire mais ça fonctionne pas des masses), le game-play n'est pas encore au point ainsi que l'application même du mot open world! (pour moi, un open world ce serait limite jouer sur une planète ou un continent avec qu'un seul serveur dans l'hypothèse ou il serait en ligne, dans lequel le jouer a une liberté totale que ce soit dans le sénario, dans le comportement (bien, mal, neutre, mercenaire, ...), et aussi dans l'univers (ex: tu coupes un arbre, l'arbre ne repoussera jamais même après un reboot du serveur!)
Ce serait vraiment créer un monde virtuelle dans un univers particulier (j'en rêverais pour un fallout!)
Mais pour le moment : nos machines ne sont pas suffisament puissant pour subir ce genre de jeux en haute qualité graphique, en ce qui est de la qualité n'en parlons pas! (ex avec skyrim: un bon jeux, mais sans plus!)
Allez les seul plus des open world actuellement : le modage illimiter! (et encore, c'est pas possible pour les mmo!)

Fallout premier du nom, est un jeux en semi-open world (ya une carte du monde assez grande, sans exploiter les heures de randonner à appuyer sur la touche avancer...) et un scénario en béton armée! (les seuls choses qu'on pourrait lui "repprocher" c'est qu'il a mal vieillie graphiquement parlant et son gameplay assez spéciale.)
Je suis contre pour le moment! Mais comme j'ai essayé d'expliquer, j'espère que mes attentes seront un jours satisfait car ça fait quand même envie. (j'aurais envie de dire : essayer de penser à 36miles choses plutôt que de nous faire des jeux baclés, qui pus le fric alors qu'un jeux fini aurait 15fois plus de succés!)
#4

TrollTraya
Noble

Une problématique qui peut s'avérer ardue, voilà ce qu'offre ce débat !

Alors, pour faire simple je vais ressortir mon leitmotiv : le cRPG se doit de tendre le plus possible, vers son modèle, le jdr papier. Et cela implique de gérer une grande liberté de mouvement, et donc de s'orienter vers le monde ouvert. Alors oui, c'est sûr que dans le monde du cRPG, c'est dur à gérer, quand on décide de ne pas se casser le cul à améliorer les concepts, mais l'un des cRPG le plus riche au niveau scénaristique est aussi un RPG à monde ouvert : Arcanum (pourtant, le gameplay de ce jeu me fait toujours hurler de rage, mais c'est un autre débat).

Donc, pour les cRPG à monde ouvert (ou au moins semi-ouvert à la Fallout et BG, qui réussissaient un parfait compromis pour créer le "RPG mainstream"), car le passé nous montre bien que si volonté il y'à, la narration ne pâti pas d'un univers ouvert (contrairement à ce que font ces tâcherons de chez Bethesda^^)

Message édité pour la dernière fois le : 27/12/2012 à 19:45

#5

Walker
Guerrier

Et bien je vais donner mon avis en citant un jeu qui a mon avis est le seul RPG de l'histoire qui a réussis a bien doser entre Open World et linéaire , Ce jeu est un RPG japonais qui n'est autre que Final Fantasy 12.

Jamais je dis bien jamais je n'ai réussis a apprécier un Final Fantasy , mais le 12 sort du lot il a souvent été désigné comme un RPG jap éxtremement occidentalisé , et c'est peux etre ce qui m'a attiré.

Ce jeu vous offre une liberté progréssive avec le scénario , tout en préservant les éléments indispensables d'RPG que beaucoup oublient ( craft , farm , secrets , xp....etc) , et la narration est de trés bonne qualité.

Et avant de fuir pour éviter les piéres que vont me lancer les Anti-Rpgjap , je me dois de citer un autre RPG qui comme FF12 dose bien entre libérté et linéaire : Kingdom Hearts 2 !
#6

Baalka
Seigneur

J'suis pas fondamentalement contre, mais les différentes expériences (notamment avec les TES) font que j'ai une relative antipathie pour les mondes ouverts, leur préférant quelque chose de plus linéaire, comme Dragon Age ou les Drakensang (quoique le 'jeu de base' parmi ces derniers était bien trop linéaire à mon goût, avec l'impossibilité de revenir sur ses pas par exemple ; mais surtout elle n'était pas justifiée par une trame classique jusqu'à la moelle. The River of Time est plus à mon goût). Un monde relativement ouvert, mais centré sur le récit, comme les Divinity me plaît pas mal. Dans l'ensemble, une hybridation réussie me convient pas mal (j'attends d'ailleurs DA3 au tournant, vu que Bioware clame vouloir un monde plus ouvert tout en gardant un jeu fort scénarisé), mais faut faire attention à ne pas tourner au remplissage à coup de quêtes secondaires bidons (type KoA ou Skyrim, où quelques quêtes sont vraiment bien, mais la plupart sont peu mémorables). J'crois que l'astuce pour un monde ouvert réussi est de ne pas avoir un clivage entre quêtes annexes et quête principale.

Message édité pour la dernière fois le : 27/12/2012 à 22:13

#7

dieu88
Garde

moi se que j'aime le plus dans un RPG s'est faire se que je veux quand je le veux donc pour moi un immense monde ouvert s'est le pied,pourtant je vous assure que j'ai adorer les witchers et deux ex mais je reviens a chaque fois a mes elder's scroll :) .
donc pour moi monde ouvert a fond en ésperaant qu'un jeux comme DAO III prenne le meme chemin.
#8

prypiat
Noble

Difficile de trancher pour moi... j'aime les deux, quand ils sont bien foutus... et ça dépend de mon humeur.

Et j'ajouterais que certains jeux comme Fallout New Vegas par exemple, arrivent à garder une histoire prenante ET un monde ouvert.
#9

Astarock
Chevalier

Je suis en gros comme prypiat : j'aime les monde ouvert et les monde linéaire tant qu'il y a des bonsomes a désoudé, des quettes sympas et un scénar' qui tiends la route!
#10

Jeanloutre
Guerrier

Comme plusieurs camarades gobelins éclairés, je reste le plus longtemps sur des "semi-ouverts", à savoir une carte proposant de se ballader à l'envie entre plusieurs zones fermées. Ont déjà été cités les Baldur's Gate, Fallout, Arcanum et Dragon Age ; on peut aussi rajouter NWN, et même STALKER (oui pour moi c'est un RPG).

Mais s'il faut choisir un camp, je rejoindrai le sire Chauve-Souris et parlerai en faveur des RPG linéaires. C'est la solution qui propose à mes yeux la plus grande implication du joueur avec l'histoire et les PNJ ; à l'inverse, un Skyrim me lassera relativement vite, par la multitude de quêtes insipides masquant les quelques perles, mais aussi par l'aberration dun personnage devenant archimage-guerrier suprême-chef assassin-voleur mythique en plus de dresser des dragons le dimanche après le conseil de guerre civile. J'aime devoir recommencer un jeu pour explorer d'autres possibilités de personnage et donc de tactiques. L'autre problème des open worlds, c'est le manque de profondeur des PNJ. Pour rester cohérents, les développeurs en intègrent des armées entières, avec pour résultat d'en avoir un tiers qui parlent d'une flèche dans le genou.

Je pense que cette problématique est vraie aussi pour les autres types de jeux : si on prend les FPS, il y aura ainsi une grande différence entre un Far Cry 2 (j'ai pas le 3) où, malgré le plaisir d'enflammer les quatres coins de la savane, on s'ennuie vite, et un Metro 2033 ultra-scénarisé, ultra-couloir, mais en définitive très intense et qui donne l'envie d'être rejoué.
#11

shadowhope
Citoyen

Je prefere les mondes plus fermer genre the witcher sans aller dans l'extreme d'un mass effect 3 (même si honnetement sa ne m'as pas deranger). Mais dans un monde trop ouvert comme skyrim c bien mais la narration en souffre je trouve et c lassant a force.

Message édité pour la dernière fois le : 27/12/2012 à 22:37

#12

loup_solitaire
Paladin

J'aurais plus tendance à être contre que pour, car, aimant les jeux avec un bon scenario (même si ça part dans tout les sens), j'aime bien qu'il y ai quand même du script, où l'on nous conte une aventure, et qu'il faut donc forcement suivre certaines traces bien précise..
Mais comme j'aime bien aussi les TES et jeux similaires. Pas vraiment de grosse préférence. Je sais que grande liberté et scénario poussé ne vont pas de pair, dans le monde du jeux vidéo.

Message édité pour la dernière fois le : 28/12/2012 à 02:27

#13

Tetar117
Garde

Personnellement j'aime les deux, monde ouvert ou non ce que je regarde en premier c'est la qualité globale du titre, son scénario, sa direction artistique, l'inventivité des developpeurs et les différents éléments de gameplay.


Après généralement j'ai une préférence pour les mondes ouverts car j'y trouve une plus grande durée de vie, pour exemple j'ai passer plus de 800 heures sur Fallout 3, plus de 400 heures sur New Vegas et plus de 250 heures sur Skyrim et je n'ai pas encore tout découvert.
Alors que sur des jeux de type couloir je passe en moyenne entre 40h et 60h alors que je fouille partout et récupère tout ce que je peux. Le seul jeu qui ai une approche couloir que j'ai fais et sur lequel j'ai passer plusieurs centaines d'heures est Mass Effect 1 car j'ai fais 7 personnages dont 2 ou 3 avec lesquels j'ai fais 2 fois l'histoire pour les monter level 60.

Au final, j'adore les Mass Effect (même si le 2 était bien moins bon), j'ai adoré The Witcher 2 (j'ai pas encore fait la partie humaine d'ailleurs ^^), Dragon age et d'autres RPG de type semi-ouvert ou plus couloir mais j'y passe beaucoup moins de temps que sur du monde ouvert.
Alors certes le scénario est généralement bien plus épique et prenant (c'est bien plus facile quand ont est dirigé et que les developpeurs savent quand le joueur arrivera à tel point du jeu) mais pour moi les deux se valent, après peut être que dans le futur ont pourra avoir des jeux ouverts comme Skyrim et avec des scénario aussi bons qu'un The Witcher, croisons les doigts. ^^

Ah oui aussi au passage, c'est totalement hors sujet mais j'ai une réelle préférence pour les RPG où l'on peut créer son personnage par contre, je trouve que l'immersion est bien plus facile et c'est quelque chose d'important pour moi dans ce type de jeu.

#14

Etienne Navarre
Gobelin

Message supprimé le 27/12/2012
#15

cabfe
Noble

Je vais refaire une analogie avec le RPG papier. Là, l'imagination sans limite des joueurs permet de tout faire, tout visiter. Mais le tout est encadré par un maître de jeu qui tempère les ardeurs, quitte à truquer un lancer de dé qui lui casserai son scénario .

Personnellement je passe un temps fou à l'exploration. Je visite tout, je vais partout. Mais j'ai besoin d'avoir une raison d'être à un endroit (quête, etc). Le jeu en pur bac à sable m'ennuie vite car je ne sais pas me créer mes objectifs.

J'ai d'excellent souvenirs sur les derniers Fallout, qui comportent des lieux qui ne servent à rien, si ce n'est le plaisir de les explorer.

Les Witcher sont de très bons jeux, mais avoir des portes fermées ou des zones inaccessibles était parfois frustrant.

Deus Ex mixait les deux. Plutôt fermé et dirigiste, il permettait quand même d'explorer et de trouver son chemin/type d'approche. Mais au prix d'une durée de vie plus réduite qu'un open-world.
#16

Munshine421
Paladin

Il n'y a pas de réelle opposition fondamentale entre un monde ouvert et un monde semi-ouvert. Un monde semi-ouvert est un monde ouvert découpé en sous-zones ouvertes pour permettre une évolution temporelle de l'univers et des personnages. Ainsi le Vizima du premier chapitre de The Witcher n'est pas le même Vizima du dernier chapitre.

Pour contre, j'ai tendance avec le temps à devenir allergique aux jeux dirigistes, linéaires et complètement fermés. Comme l'a rappellé Trolltraya, le jdr papier a tendance à s'orienter vers les mondes ouverts parce qu'ils offrent une certaine liberté d'exploration et poussent les joueurs à jouer leur rôle. Le meilleur maitre du jeu n'est pas celui qui a préparé le meilleur scénario mais celui qui est capable de s'adapter aux comportements souvent imprévisibles des joueurs et à leurs déplacements sur la carte souvent contraires à l'histoire qu'avait en tête le maitre du jeu au départ.

Quant à ceux qui aiment qu'on leur raconte avant tout une histoire, ce n'est pas le jdr qu'ils aiment mais les livres dont on est le héros.
#17

redd
Garde royal

Dans la plupart des jeux, ce qui me fait le plus tripper, c'est un excellent scénario. Bourré de rebondissements, de choses auxquelles je ne m'attends pas. Force est de constater que je retrouve rarement de grandes qualités scénaristiques aux RPG à mondes ouverts.

Si je prends le Elder Scrolls par exemple, il n'y en a pas un seul où je n'ai pas fini par m'ennuyer. Se balader, découvrir, c'est intéressant mais ça lasse quand il ne se passe rien derrière. Ou quand ce qui se passe tient sur un mouchoir de poche (rebelles vs empire, sorcier vilain etc.).

A l'inverse, les jeux avec un scénario plus complexe me procurent + de plaisir, malgré les défauts techniques ou la l'impression de cloisonnement. The Witcher, Alpha Protocol, Throne de Fer, leurs qualités scénaristiques me font oublier les autres défauts.

Je suis un rôliste (ou plutôt ex-rôliste), et mon opinion est la même. Pour moi, une (bonne) partie de jdr sur table n'est pas qu'un bac à sable improvisé par le MJ où les joueurs peuvent faire absolument ce qu'ils veulent, même ce qui n'a pas d'intérêt. Les joueurs sont censés incarner un rôle précis et s'y tenir, et le MJ doit leur donner un univers, certes, mais également un scénario pour les tenir en haleine. J'ai toujours plus pris mon pied dans un partie où le MJ avait fait un boulot préalable ENORME pour prévoir une centaine de possibilités scénaristiques qui se croisent, s'entremêlent, se rejoignent, plutôt que celui qui invente au fur et à mesure et nous laisse nous amuser dans une grotte qui n'a aucun rapport avec l'intrigue et la mission de base. Un héros n'est d'ailleurs pas systématiquement un explorateur qui rentre dans toutes les maisons, tous les donjons et toutes les grottes. Un JDR, c'est savoir jouer un rôle et pas faire ce que le joueur (à l'opposition du personnage) a envie de faire. Au MJ de savoir retomber sur ses pattes en prévoyant le nombre suffisant de possibilités, et en improvisant les chaînons manquants.

Revenons aux jeux-vidéos. Je pense qu'un juste milieu est possible. Prenons les Fallout. Les derniers (le 3, et New Vegas) sont clairement orientés "monde ouvert". S'ils m'ont plu, je les trouve quand même bien inférieurs aux deux premiers. Ceux-là constituent un bon mix. Le héros a accès à une carte entière (ou presque), ce qui lui donne une bonne liberté de mouvement. Par contre, les déplacements sur la carte ne constituent pas vraiment une scène de jeu. Et chaque ville est cloisonnée et dispose de son mini scénario bien ficelé.

Faire croire au joueur qu'il a une très grande liberté en contrôlant et autorisant un très très grand nombre de choix, c'est ce vers quoi j'aimerais que les RPG tendent.

Laisser les joueurs seuls dans un univers vaste géographiquement mais avec des possibilités restreintes ou répétitives, ça m'intéresse beaucoup moins.

Message édité pour la dernière fois le : 28/12/2012 à 11:51

#18

ivandolchevic
Villageois

Pour moi le problême des mondes ouverts dans les RPG est que les scénaristes concoivent ceux-ci comme un monde trop proche de la réalité.

Je m'explique, dans la réalité si on se promène n'importe ou sur la carte, on va vite s'ennuyer (dans la creuse par exemple :) ). Ils devraient prendre exemple sur les 'Livres dont vous êtes le héros" ou les JDR sur table. Dans ces derniers, si on s'égare, il va forcément se passer quelquechose qui va modifier le cours de l'histoire.

En résumé, pour moi un monde ouvert impose fortement d'avoir une toile scénristique proportionnelle. Sur une map de jeu, il faut respecter un nombre d'évènement déclencheur au m2 !
#19

DukeofDeath
Garde

Je serait incapable de choisir un des deux , j'aime beaucoup les deux types , pour moi un bon rpg peut être aussi bien en open world qu'en plus refermé !

Mais même en aimant les deux , j'ai tout de même une préférence pour les open worlds , une habitude du fait que je joue sur jdr papier et également que mon premier rpg pc fut morrowind .

D'ailleurs pour moi Daggerfall est le parfait exemple pour dire que ce n'est pas parce qu'un jeu est vaste qu'il sera moins riche , le scénario principal était quand même fouillé , plutôt sympathique , et les quêtes secondaires générés semi aléatoirement vraiment sympathique et parfois même très surprenante .

Mais ça n'empêche pas que jouer a un rpg semi-ouvert ne me gène absolument pas , un jeu comme The witcher ou le Trône de fer par exemple , ont un scénario ,des mécaniques de bases et une ambiances qui vont faire que le fait d'être plus cloisonnés ne me sera pas gênant du tout , au contraire , mais servira le scénario que le jeu amène .

Avec tout ça , voila pourquoi je ne pourrait pas dire que je suis pour ou contre les monde ouvert ou non .

Message édité pour la dernière fois le : 28/12/2012 à 13:41

#20

neurosol
Citoyen

Je suis POUR un monde ouvert dans n' importe quel type de jeu vidéo, RPG inclus. Etre libre dans l' espace de jeu, c' est être acteur à part entière, donc autonome.

Les exemples cités, tels que Skyrim, ou Farcry 3 (dans une moindre mesure), contentent les deux types de joueurs avec une quête principale dirigiste dans une scène ouverte. Il semble inévitable que ce choix se démocratise.
Perso, je trouve les quêtes gonflantes, surtout quand on doit se taper des cinématiques/cutscènes/QTE...
A l' inverse, l' exploration, l' aventure, la découverte, la survie prennent un sens à partir du moment où votre expérience de jeu devient unique, avec un bémol sur ces mondes un peu trop foisonnants à mon goût.

Enfin, le seul jeu qui possède une interaction totale avec le décor reste minecraft : l' avenir du jeu vidéo passera forcément par ces possibilités créatives offertes au joueur.
Bref, vive les jeux "sandbox". Si on cherche une aventure scénarisée, autant regarder un bon film.

Message édité pour la dernière fois le : 28/12/2012 à 14:27

#21

Baalka
Seigneur

Faut pas non plus considérer les jeux fortement scénarisés comme des films interactifs tels que sont beaucoup de jRPG, notamment les FF (je ne connais que les X et antérieurs). Ce qui les différencie surtout, c'est, à mes yeux, les choix dans le détail. C'est-à-dire que beaucoup de jeu n'offrent aucun moyen d'influer sur une quête, juste le choix de l'accepter ou la refuser -et encore ; alors qu'un bon RPG nous permet de faire plein de 'petits' choix qui donnent toute son âme au jeu. Et lorsque c'est le cas, je trouve ça bien différent d'un film.
#22

Montaron
Garde royal

Contre en général. L'exploration et la ganbade sans but ça ne m'interesse que trés peu, à coté de ça c'est souvent une bonne excuse pour faire des grandes zones de non-interêt (les Elders Scroll et les deux derniers Fallout en sont de bons exemples, d'enormes plages de la map qui ne servent à que dalle et que c'est juste relou à traverser) sous pretexte de l'errance contemplative ou je sais pas quel truc à la con du même genre. De même les quétes d'un open world sont souvent comme la si bien dit Jeanloutre assez vides avec juste quelques unes qui surnagent.

A l'inverse un univers plus resseré oblige les développeurs à concentrer l'effort pour densifier l'interêt sur une zone ressérée. De même j'ai tendance à penser qu'une zone plus étroite oblige à se poser des contraintes de créativité (là où une immense étendue permet de dire "bon, là je peux laisser des trous") un bon exemple de ça c'est Arx Fatalis dont les petits grottes me paraissent bien plus remplies et intéréssantes que les 25km² de Morrowind.
#23

Tetar117
Garde

Juste une chose, pour ceux qui disent s'ennuyer dans les RPG à monde ouvert, ce serait bien de préciser à quel moment l'ennui arrive parce que moi aussi je fini par m'y ennuyer mais après pas mal d'heures de jeux et ce tout simplement parce qu'un monde ouvert n'à de fin que lorsque l'on décide d'arreter d'y jouer.
Alors qu'un RPG comme The Witcher ou Mass Effect, c'est sympa, c'est épique mais une fois qu'ont a terminer c'est fini, ont ne peut pas continuer à exploiter l'univers et à faire progresser notre personnage.

Donc au final, je rapprocherais plus les RPG en semi ouvert d'un film ou d'un livre qui compte plus sur l'histoire alors que les RPG à monde ouvert se reposent plus sur l'attraction que l'univers va procurer au joueur et son imagination.
Mais ce n'est que mon avis. ^^
#24

Lemeran
Villageois

Pour moi je suis du même avis que prypiat. J'aime les deux styles du moment que l'intérêt est là.
J'ai repris Skyrim dernièrement que j'avais d'ailleurs délaissé au profil d'un certain Game of Throne qui effectivement est un monde fermé mais avec un scénario dès plus original et un des meilleurs que j'ai fait depuis que je joue sur PC (et ca commence à dater).

En fait, il ne faut pas être catégorique car l'important est de trouver du plaisir à jouer.

Message édité pour la dernière fois le : 28/12/2012 à 17:56

#25

DEXTER987
Garde

Lemeran +1
Le fond est plus important que la forme..
(example BG ne serait aussi célèbre si y avait le throne de Bhaal Sarevok et toutes ses conspirations).
(Dans la série d'HBO GAme of throne ya un truc similaire sauf que l'on est pas acteur de la chose)
Avec le jeu game of throne de Cyanide ils ont fais un truc similaire au travers de 2 gars....
Imaginer le meme truc avec 5..6 ou 7 gars...


Message édité pour la dernière fois le : 28/12/2012 à 18:56





Voir tous
S'abonner