Samedi 21 Avril 2018, 15:45     Connectés : 8      Membres : 7


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Vue Subjective : Drakensang : The River of Time

par Caparzo 04 Déc 2015 10:00 60

Vue Subjective, une chronique jetant un coup d'œil sur les titres passés. Bien que ce ne soit pas le titre le plus vieux que nous pouvons traiter dans cette chronique, Drakensang : The River of Time est un jeu que de nombreux joueurs ont déjà oublié malgré eux. Aujourd'hui, attardons-nous sur ce que nous proposait réellement ce titre développé par Radon Labs.

 

L'Œil Noir ou bien Das Schwarze Auge dans la langue de Goethe, est un jeu de rôle papier allemand inventé en 1984 par Ulrich Kiesow. Je ne m'étendrai pas énormément dessus puisque ce n'est pas vraiment le sujet, mais l'univers de L'Œil Noir semble avoir à notre époque de plus en plus la cote dans le jeu vidéo contrairement à Donjons et Dragons. Nous avons pu dernièrement découvrir des titres comme Blackguards 1 & 2 développés par les Allemands de chez Daedalic Entertainment, qui sont des RPG au tour par tour mettant avant tout en avant les combats, mais nous avons également pu découvrir des Point'n'Click tels que Memoria ou bien encore Les Chaînes de Satinav, eux aussi développés par Daedalic. Revenant de très loin, Noumena Studios nous avait proposé en 2013 le très sympathique Demonicon qui avait su exploiter de la meilleure des façons l'univers de L'Œil Noir. Le gameplay était quant à lui bien trop basique pour s'adapter comme il se doit à cet univers, mais Demonicon avait tout de même eu le courage de s'approprier quelques-unes des mécaniques complexes de ce jeu de rôle allemand.

L'une des particularités de L'Œil Noir est en effet de proposer des règles très poussées pouvant faire peur aux joueurs hermétiques aux statistiques et aux différentes compétences pouvant interagir entres-elles. Drakensang : L'Œil Noir, sorti en 2008 en Allemagne et en 2009 en France, avait tout pour faire fuir ces derniers, mais aussi tout pour faire succomber d'envie tous les autres joueurs. Malheureusement pour ce premier Drakensang, celui-ci est sorti la même année que le très bon Dragon Age : Origins qui a vampirisé tout le marché pour ne laisser que quelques miettes à ses concurrents

Drakensang : L'Œil Noir est donc passé quasiment inaperçu, mais cela n'a pas empêché les développeurs de chez Radon Labs de nous concocter un second opus après que le premier a tout de même bien marché en Allemagne.

 

Un bateau pour une aventure complète

 

C'est en 2010 que nous avons pu accueillir sur nos PC dans la joie et la bonne humeur Drakensang : The River of Time. Pour être honnête, cet accueil chaleureux a été de très courte durée puisque le distributeur français Micro Application, qui s'était chargé à l'époque de la traduction française, avait complètement raté celle-ci. Il y avait de très nombreuses fautes et la traduction comportait de nombreux non-sens ne permettant pas aux joueurs d'avancer comme il se doit dans le jeu. Pire encore, certains dialogues étaient buggés. Quelques semaines plus tard et après deux patchs salvateurs, The River of Time était enfin jouable correctement pour nous autres Français.
 

  



Contrairement à Drakensang : L'Œil Noir ne nous permettant pas de vagabonder où bon nous semble, The River of Time avait cette particularité de nous proposer un bateau pour voguer à tout moment parmi les différentes zones disponibles. La zone principale prenait ici la forme d'une ville portant le nom de Nadoret. Nadoret est selon moi l'une des villes les plus réalistes qui existent dans les jeux vidéo, et plus particulièrement dans les RPG d'Heroic Fantasy. Pour citer d'autres exemples, je peux également parler de Ferdok dans Drakensang : L'Œil Noir ou bien encore de Novigrad dans The Witcher 3 : Wild Hunt. Pour revenir à Nadoret, celle-ci propose une architecture médiévale de type européen d'un réalisme saisissant. Tout y est crédible et toutes les maisons semblent s'être construites petit à petit tout en prenant compte du terrain plus ou moins escarpé. C'est un vrai délice de vagabonder dans ce bourg et il est je pense difficile de ne pas succomber aux charmes de ses escaliers étroits se faufilant entre ces quelques maisons biscornues par le temps. Nadoret n'était cependant pas seule et elle était entourée d'une belle forêt plus ou moins dangereuse ainsi que d'un cimetière et une rivière. Il en va de même pour toutes les autres maps du jeu qui proposaient une grande variété d'environnements et qui nous donnaient toujours un sentiment d'exploration très appréciable.

Pour finir sur l'exploration et les environnements, je vais vous parler de l'aspect graphique. Contrairement aux très nombreuses autres productions de l'époque, Drakensang : L'Œil Noir ainsi que The River of Time nous avaient proposé des graphismes très colorés. L'univers de ces deux jeux pouvait sembler à première vue enfantin, mais il n'en était rien. Le soleil brillait dans le ciel éclairant les champs de mille feux, les personnages étaient hauts en couleur et les forêts mystérieuses. Ce rendu très féerique était appuyé par un moteur graphique qui faisait remarquablement bien son boulot. Je vous invite à jeter un œil sur les différentes images de cette page pour vous en convaincre.
 

Des héros, des quêtes et des nombres
 

Une des autres grosses nouveautés de The River of Time par rapport à L'Œil Noir, c'était son nombre limité de compagnons. Il faut bien avouer que cette idée me faisait tiquer à l'époque et me fait toujours tiquer aujourd'hui. Ce second opus nous propose en effet que cinq compagnons : Ardo un noble guerrier humain, Forgrimm un nain armé de sa hache, Cano un voleur faisant des merveilles au fleuret ainsi que Fayris une demie-elfe ranger et Jaakon un magicien gris. Ce nombre limité de compagnons a permis aux développeurs de chez Radon Labs de leur donner une plus grosse personnalité ainsi que de nombreux dialogues, et cela quelque soit la situation. Malheureusement et si vous êtes comme moi à aimer recruter beaucoup de compagnons tout au long du jeu, les cinq de The River of Time nous suivaient quasiment du début du jeu jusqu'à sa fin. Ça reste toujours pour moi son plus gros point négatif et malgré les quelques années qui nous séparent de la sortie du, je lui en veux toujours à ce niveau-là.
 

  



Toutefois, The River of Time tire toujours son épingle du jeu parmi les gros RPG de ces dernières années grâce à ses nombreuses quêtes secondaires aussi diverses que variées. Celui-ci faisait en effet l'effort de nous éloigner de la quête principale via de très nombreuses quêtes secondaires plus ou moins importantes, pour mieux nous faire revenir sur l'intrigue du jeu et nous faire avancer dans cette quête principale de manière fluide et naturelle. Le fait de pouvoir naviguer à tout moment entre les différents lieux du jeu nous permettait également de diversifier à tout moment ces quêtes, voire même à en mettre de côté lorsque ces dernières pouvaient se montrer bien plus ardues que prévu. The River of Time aimait en effet les énigmes ainsi que les casse-têtes. Toutefois, je dois bien vous avouer que je n'avais pas été conquis par l'histoire de la quête principale et pour l'avoir refait récemment, mon avis n'a pas vraiment changé. Je trouve son prédécesseur bien meilleur à ce niveau-là, bien que plus linéaire, mais au moins le joueur était réellement impliqué dans cette histoire. The River of Time nous faisait seulement vivre l'aventure de nos compagnons enquêtant sur les pirates et le joueur était réduit au rôle de suiveur, même si nous pouvions tout de même effectuer des choix.

Comme nous l'avons vu plus haut, l'un des gros points forts du jeu de rôle L'Œil Noir est ses règles bien touffues. Drakensang : L'Œil Noir ainsi que The River of Time n'avaient pas fait l'impasse sur ces règles et on y jouait d'ailleurs pour celles-ci. Encore aujourd'hui, pouvoir créer un personnage ayant de très nombreuses statistiques est quelque chose de très appréciable, surtout lorsque ces statistiques ne se concentrent pas nécessairement sur les combats. Vous pouviez en effet augmenter la séduction pour tenter de plaire aux différents personnages que vous alliez croiser sur votre chemin, mais aussi l'étiquette pour vous fondre plus facilement parmi le haut du panier de la société. Vous pouviez également ajouter des points dans baratineur, nature humaine ou bien encore dans survie ainsi que dans botanique. Tous ces éléments s'ajoutaient bien évidemment aux statistiques de base telles que l'intelligence, le charisme ou bien encore la constitution. Comme tout bon RPG qui se respecte, vous pouviez également choisir la classe de votre personnage en choisissant d'abord sa race puis une classe spécifique, comme le charlatan pour les Humains, le lutteur pour les Elfes, le guerrier tribal pour les Thorwaliens ou bien encore le métamage pour les Thulamides. Ce second opus nous permettait enfin de découvrir une nouvelle classe naine : le géode, un mage pouvant interagir avec les éléments de la terre.
 

  



Grâce à toutes ces statistiques, ces compétences et ces différentes classes, nous étions parés pour combattre de très nombreux ennemis. Même si j'ai une certaine affection pour le système de combat de ce second opus, je dois bien avouer qu'il était particulièrement lent et il fallait s'armer de courage et de patience pour venir à bout des premiers affrontements. Ce sentiment est aujourd'hui encore plus exacerbé au vu des différentes productions, même si les jeux oldschool ont de nouveau la cote. Les combats nous proposaient également une pause tactique et nous donnaient la possibilité de jouer au tour par tour.
 

Une fin malheureuse
 

Vous l'aurez compris, encore aujourd'hui Drakensang : The River of Time reste une belle référence pour tous les amateurs de RPG à l'ancienne aimant les règles touffues, les environnements idylliques ainsi que les quêtes bien écrites. Malgré toutes ces qualités, The River of Time n'a pas aussi bien marché que ce qu'aurait pu l'espérer Radon Labs. Après avoir sorti en 2011 un add-on portant le nom de Phileasson's Secret, add-on n'ayant jamais vu le jour en France, Radon Labs fut dissous en 2010 et racheté par Bigpoint, un éditeur spécialisé dans les jeux multijoueurs utilisant les navigateurs internet. Bien que toujours vivante, la licence Drakensang est aujourd'hui devenue un Hack'n'Slash se jouant sur internet et n'utilisant plus du tout les règles de L'Œil Noir. Portant le nom de Drakensang Online, il utilise toujours le moteur graphique des deux précédents titres, mais celui-ci a bien évidemment été amélioré. Voici donc la fin d'une belle histoire, mais comme nous avons pu le voir au début de l'article, la licence L'Œil Noir est plus que jamais présente dans le monde du jeu vidéo, et c'est tant mieux.

Pour terminer cette chronique comme il se doit, n'hésitez pas à jeter un oeil à nos différents tests que nous avons pu effectuer pour les jeux utilisant la licence de l'Oeil Noir. Au programme, vous pourrez apprécier les tests de Drakensang : LOeil Noir, de Drakensang : The River of Time, mais aussi du plus récent Demonicon qui s'en tire tout de même avec les honneurs malgré une genèse très compliquée. Si c'est le online qui vous intéresse, alors vous pouvez également vous jeter sur notre compte rendu datant de 2011 de Drakensang : Online. Bien évidemment, le jeu a évolué depuis cette époque.

 

Retrouvez les articles "Vue Subjective"

Commentaires (60)

#2

Shaam
Grand chevalier

Triste fin pour la série, j'aime beaucoup l'ambiance coloré et lumineuse qui s'en dégage, ce sont des jeux très agréables, drôle et pleins de saveurs. Gameplay en pause active que j'aime tout fait, seul reproche une écriture pas mauvaises mais manquant d'audace donc oubliable :'(

*s'en va récolter des cailloux en cas de Vue Subjective : Demonicon*
#3

Gaek_Shao
Guerrier

Aaaah. Je cries à la tentative de supplice.

La semaine dernière, un rappel de Gothic 3, et voilà cette semaine que vous utilisez la série Drakensang.

Moi, le supplicié, j'avoue, oui j'avoue, j'aime cette série.

D'ailleurs depuis les soldes d'automne de Steam, j'ai toute la série hormis les points n click, et avec Demonicon.

j'ai fait le 1 & 2, il n'y a pas longtemps (1 ou 2 ans), puis Dragon Age Origin que j'avais trouvé surfait après Drakensang, par rapport à la création de perso, les différents sorts, et la fiche de perso.

Bref une grande série qui s'est tristement très mal terminé.

#4

waylander
Citoyen

Pour l'oeil noir il y aussi Realms of Arkania: Blade of destiny qui est un vieux jeu ressorti en HD il n' y a pas si longtemps et dont Targus a entrepris la traduction.
Je l'ai récupéré sur Steam il n'y a pas longtemps et lorsque la traduction sera finie je compte bien m'y attaquer.
#5

Gaek_Shao
Guerrier

Ah oui, tout à fait.
J'avais remercier Targus de s'y être attelé.

Je compte bien aussi m'y mettre dés qu'il sera prêt.

Message édité pour la dernière fois le : 04/12/2015 à 11:53

#6

ninheve
Grand chevalier

Les deux drakensang m'avaient bien plus, ils avaient un petit peu simplifié les règles sur River of time mais sans en perdre l'esprit. Quel plaisir de vagabonder dans la ville et d'observer les habitants, je me souviens de cette femme qui poursuivait son mari à travers toute la ville, armée d'une poêle à frire ...
l'histoire principale changeait tellement de celles où l'on doit sauver le monde et où on devient un demi dieu...là l'histoire de piraterie est plus simple et finalement plus réaliste par rapport à l'évolution des perso
et puis quel plaisir pour les yeux ce jeu, les détails, les couleurs, les effets de lumière, un vrai plaisir. J'ai toujours pesté de ne pouvoir mettre la main sur Phileasson's Secret..
bon j'ai brusquement une forte envie de réinstaller les deux drakensang! merci :P
#7

oAmyoAmyo
Paladin

L'univers chatoyant fait que le jeu a visuellement plutôt bien vieilli. Un peu comme le premier fable.
#8

darth traya
Seigneur

Triste fin pour la série, j'aime beaucoup l'ambiance coloré et lumineuse qui s'en dégage, ce sont des jeux très agréables, drôle et pleins de saveurs. Gameplay en pause active que j'aime tout fait, seul reproche une écriture pas mauvaises mais manquant d'audace donc oubliable :'(

*s'en va récolter des cailloux en cas de Vue Subjective : Demonicon*


*se prépare à intercepter les cailloux en cas de Vue Subjective: Demonicon*
#9

AbounI
Grand gobelin

L'univers chatoyant fait que le jeu a visuellement plutôt bien vieilli. Un peu comme le premier fable.

Sans parler des feuilles de chara aux petits oignons.Et son rule set comme RPMechanics, ça aide à bien vieillir.Dommage que les skills sociaux ne soient pas plus exploités au cours du jeu.Pis, de mémoire, son systsème de craft est bien foutu même si il invite au farming.Avec un regard distant, j'ai envie de dire qu'il est globalement plus RP qu'un DAO.
#10

Quidam
Villageois

Petit désaccord avec la critique, j'ai trouvé l'écriture du 2nd opus mieux mené que celle du premier (à l'exception de la forêt avec les sorcière, qui était vraiment cool). Et les quêtes secondaires étaient d'une grande qualité d'écriture! A mes yeux, le second meilleur RPG après the witcher 3 dans se domaine.

Sans rire, ils prenaient le temps de construire la menace avant l'arrivée d'un boss (ou même au début, de simple monstre) ce qui te faisait vraiment ressentir la présence de quelque chose de différent face à toi plutôt qu'un random mob parce qu'il faut faire pexer.

Seul reproche aussi, trop trop peu de perso, ce qui pousse presque, si on veux optimiser son groupe) à se restreindre à quelques classes pour la création de son perso principal. J'étais vraiment dépité d'apprendre qu'au moment où je l'achetais (en solde, j'ai honte du coup :/) le studio de dev fermait...
#11

Shizam
Grand chevalier

Belle vue subjective Caparzo !!

Une licence "coup de cœur" pour moi aussi.
Rien que la fiche de personnages, un p'tit bijou !

Malheureusement pour moi, un peu de souffrance sur ce deuxième opus question optimisation. Mon PC de l'époque étant trop faiblard, ça ramais pas mal dans la grande ville.

Les 2 Drakensang avaient ce p'tit coté original, une perspective bien inspirée dans la grande famille RPG.
Un bon niveau de difficulté, qui alliée aux règles de l’œil noir, la pause active trés sympa, les classes de personnages intéressantes, le crafting et la cueillette, lui donnait tout son charme.
De l'humour et une belle écriture par dessus.

Vraiment dommage pour Radon Labs. On aurait aimé les voir aujourd'hui au coté des Larian et des Spider...

Va quand même falloir penser à se refaire une petite partie dans un proche avenir..C'est du bon jeu, sans aucun doute.

Vue Subjective:
Bonne idée d'article mon cher Capa! A renouveler bien entendu! ;)
#12

Iosword
Grand chevalier


Vue Subjective:
Bonne idée d'article mon cher Capa! A renouveler bien entendu! ;)


Ce n'est pas la première Shizam, y'a eu celle de Gothic 3 la semaine dernière.

Comme dit ici ou là-bas, c'est un nouveau format que nous comptons bien utiliser car selon les rédacteurs et les jeux, cela permet bien des choses, de manière assez hétéroclite, mais toujours plus tournées vers l’expérience de joueur avec prise de recul (puisque nous n'y traiterons pas de jeux récents, donc pas de Demonicon pour le moment) que vers la critique ; à comprendre que les "vue subjective" peuvent être très orientés vers un seul élément du jeu comme sa narration, son exploration, sa direction artistique, etc.

Message édité pour la dernière fois le : 04/12/2015 à 17:44

#13

prypiat
Paladin

Décidément, après Gothic 3, encore un jeu dont on m'a vanté les mérites cent mille fois mais que je n'ai jamais fini^^
Bon celui-ci c'est principalement parce que je le trouve excessivement difficile, genre vraiment au-dessus de ma portée. Quand par miracle j'ai enfin réussi à vaincre le premier boss (au bout du millionième essai au moins), c'est pour me faire désanusser par un mob de base peu après. Y'a un truc que j'ai pas dû saisir.
#14

Moussur
Citoyen

Qu'est-ce qu'elle me manque cette licence!
J'espère qu'un jour on la verra faire un grand retour, je la trouve plus sympathique que DAO, non pas que ce dernier soit mauvais, mais l'ambiance lumineuse et positive des Drakensang mettait un peu de baume au cœur après les The Witcher et autre Vampire the Masquarade que j'avais fait juste avant le premier Drakensang...
Nostalgie, quand tu nous tient, je vais me réinstaller la série pendant les vacances, tient!
Et puis dans le second épisode, l'histoire est peut être moins épique mais plus crédible, les pirates de la rivière, ça change des sauvetages mondiaux!
#15

AbounI
Grand gobelin


Nostalgie, quand tu nous tient, je vais me réinstaller la série pendant les vacances, tient!
Et puis dans le second épisode, l'histoire est peut être moins épique mais plus crédible, les pirates de la rivière, ça change des sauvetages mondiaux!


Clairement, j'avais stoppé net Drakensang premier du nom au moment ou il fallait sauver une damoizelle des griffes d'un méchant dragon.Tellement original
Pis les pirates, ils font partie intégral du background Aventurie

Bordel, ça me donne de furieuse envie de reprendre la ou j'ai laissé mes aventuriers en plan, quelque part dans une taverne ou la maitresse de maison a de très (trop) sérieux atouts mammaires...Au moins, ils vont pas crever de faim, de soif ou de froid, mais ils doivent vraiment rouillés depuis.
#16

Aleph
Chevalier

Le concept des articles "Vue subjective" est vraiment excellent. Non seulement ils rempliront parfaitement leur office pendant les périodes de vache maigre, mais en plus le caractère plus personnel des avis leurs confèrent un charme différent des tests. C'est d'autant plus sympa qu'ils peuvent remettre en débat des jeux anciens , déjà testés ou non, sous un angle différent. Coolos !


Va vraiment falloir que je m'y mette à ces deux jeux. Cela fait un moment qu'ils me font de l’œil, dès qu'ils tombent en promo je me les procure. Pour sûr. Cela dit, qu'en est-il de la difficulté? Proposent-ils un bon challenge, suffisamment constant sur le long-terme?
#17

AbounI
Grand gobelin

la difficulté dépendra de ta compréhension et maitrise de l'oeil en noir.Au dela des règles, certains passage sont assez retorse (les loups de la clairière en début du jeu).Je garde également un bon souvenir d'une quête alors qu'on embrasse le rôle de garde nocturne de devoir faire une filature (ni trop près, ni trop loin) dans les ruelles sombres de la ville.C'était bien fun
#18

Aleph
Chevalier

Fort bien ! Ce sera l'occasion de mieux me familiariser avec l'Oeil noir. Un univers que je connais au fond très peu. D'après le test les quêtes sont vraiment originales et variées, j'ai hâte de voir ça. Merci Abou !
#19

AbounI
Grand gobelin

De rien Aleph,ce mérite que qu'on s'y attarde.
Petite chose à améliorer sur ce genre de rubrique.Pouvez vous insérer un tag qui ramène à la fiche des jeux en question dans ce type d'article, et même leur test respectif?Et dans le même virer les trucs inutiles comme date de sortie, éditeur et plateforme dans l'encadrer "voir aussi"
Ce "voir aussi" ne référence que les "vues subjectives"!!! ???

Message édité pour la dernière fois le : 04/12/2015 à 22:50

#20

Geralt
Grand chevalier

Arff, un classique, encore que j'ai pas fait...
Mais je ne suis pas un hérétique, il est sur ma TODO List ! ^^
Les Gothic pareil, pas encore tâté. J'ai les 3 sur GOG ; j'aime Risen, alors je devrais les aimer sans soucis.
#21

Pixel
Novice

Pour la petite histoire, DTP Entertainment, l'éditeur de Drakensang, m'avait envoyé une version du jeu durant l'été 2008, peu après sa sortie en Allemagne. Conscients des qualités de ce titre qui avait bien marché de l'autre côté du Rhin, mais craignant une réception mitigée en France où L'Oeil Noir était bien moins connu, ils m'avaient invité à l'essayer afin de recueillir mon avis, en tant que journaliste spécialisé RPG chez JV.com. Ravi de cette marque de confiance, j'avais dévoré ce premier Drakensang, parvenant à la moitié alors même que je ne pipais pas un mot dans la langue de Goethe ;) J'avais beaucoup apprécié le jeu et je croyais à son potentiel sur le sol français, même si je leur avais expliqué que mon jugement était sans doute faussé par le fait que j'étais un fan de la licence (je jouais déjà à l'Oeil Noir au milieu des années 80 ;). Je fus en tout cas ravi lorsque j'appris, quelques semaines plus tard, que le jeu allait être traduit en français. J'ai la faiblesse de croire que mon retour leur a été un minimum profitable ^^

Je ne crois pas, contrairement à ce qui est dit dans l'article, que le jeu se soit fait vampiriser par Dragon Age Origins. Drakensang : L'Oeil Noir est tout de même sorti plus de six mois avant DOA. Mais Eidos, distributeur du jeu pour la France, ne l'a pas énormément poussé. Et là où DAO put compter sur le large public intéressé par les productions Bioware, Drakensang ne parvint à fédérer que les amateurs de jeux de rôle à l'ancienne et les fans d'un sombre RPG papier relativement anonyme.
#22

AbounI
Grand gobelin

Pixel, Pixel...Pixel Pirate sans doute?
#23

Aleph
Chevalier

Indubitablement. Il s'était chargé du test sur JVC.
#24

Shaam
Grand chevalier

Bon a savoir tout ca
#25

Geralt
Grand chevalier

PixelPirate !




Voir tous