Vendredi 22 Septembre 2017, 01:14     Connectés : 3      Membres : 2


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

[GC2017] Preview : The Swords of Ditto

par Iosword 08 Sep 2017 10:00 2

Aux premiers abords, The Swords of Ditto n’est pas un titre bien original, très inspiré par The Legend of Zelda et prenant ce qu’il lui sied dans le roguelike. Sans parler de sa plastique enfantine qui, bien que très agréable à l’œil, aide les aprioris négatifs. Heureusement pour nous, et peut-être pour lui, le titre de onebitbeyond bénéficie de l’appui de Devolver Digital ce qui a attisé notre curiosité et nous a permis de découvrir un A-RPG rafraîchissant.

 

Sur le papier, le pitch est simple : Mormo est infâme méchant qui comme tout vilain doit être vaincu par un héros, incarné par le joueur cela va de soi. Rien de nouveau sous le soleil me direz-vous, certes, mais rien n’est jamais aussi simple et notre Sword of Ditto est mortel. Aussi le joueur ne pas va incarner un personnage précis, mais bel et bien une succession de héros qui vont très probablement finir six pieds sous terre en essayant d’abattre le grand mal qui menace l’île de Ditto. Qui plus est, et assez logiquement, l’île n’est pas une couveuse à héros, aussi entre chaque échec – ou réussite – il s’écoulera cent ans et l’île de Ditto évoluera – une grande partie des zones étant soumise à la génération procédurale, de même pour les donjons –, et vos actes auront des conséquences.

 

  

 

Imaginons par exemple que vous ayez réussi : vous trouverez au centre du village une statue à votre effigie et, surtout, l’île de Ditto sera plus accueillante et paisible. A l’inverse, si vous avez été défait par Mormo peut-être que l’île sera plongée dans le noir le plus complet ou que la faune locale sera bien plus aggresive. En outre, chaque héros nourrira l’imaginaire collectif – ainsi qu’un codex gentiment tenu par un PNJ dans le village –, et peut-être entendrez-vous parler de cet étrange énergumène qui a vaincu Mormo avec un balai, un artefact désormais légendaire sur lequel vous pourrez peut-être mettre la main. Et, si The Swords of Ditto est jouable seul, c’est aussi un jeu coopératif qui vous permettra d’allier vos forces avec un autre joueur pour triompher. Pour finir sur la narration et le contexte, le titre proposera aussi des quêtes secondaires, d’autres ennemis à vaincre et  objectifs plus ou moins secrets à compléter.

Comme annoncé lors dans l’introduction, The Swords of Ditto fait partie des nombreux titres inspirées par la licence The Legend of Zelda, et plus particulièrement ses opus à l’ancienne – en 2D, si vous préférez. Cela se voit bien sûr dans les donjons et dans leurs énigmes qu’il faudra résoudre pour avancer et enfin trouver la clé qui ouvrira la salle du boss. Mais aussi la conception générale de l’île et son level design. Usant d’un scrolling horizontal, chaque zone est délimitée, les environnements sont variés et comprennent les classiques biomes de forêts, plaines, plages, ruines antiques, etc. La délimitation des environnements permet au titre d’user de la génération procédurale avec cohérence – puisque les villages et les donjons ne changeront pas de place, même si le contenu de ses derniers évolue. De plus, le titre met en place un système de fast travel qui permet au joueur d’éviter de se perdre en aller-retour – notons qu’il faudra redécouvrir les téléporteurs à chaque run.

 

  

 

Avant de conclure, il nous faut nous arrêtez sur l’équipement et, bien entendu, sur les combats puisqu’il est ici question d’action-RPG. Votre héros pourra équiper jusqu’à quatre armes en même temps, celles-ci sont diverses et vont des classiques épées, bombes et arcs au plus surprenant pied géant écrasant vos ennemis, aux torches pouvant répandre le feu ou encore au vinyle-boomerang pouvant lui aussi s’enflammer s’il passe par un brasier par exemple. En outre, il vous sera possible d’équiper des casques et armures et des stickers – tel que nommé dans le jeu – qui vous donneront des habilités spéciales. Quant aux adversaires, le bestiaire semble varié – bien que nous n’ayons vu qu’une petite portion du jeu – et surtout dynamique, chacun ayant ses patterns, certes, mais aussi pouvant créer (ou subir) divers effets environnementaux pouvant, par ailleurs, créer des surfaces élementaires comme celles de poison, de feu, d'eau et, nous l’espérons, bien d’autres.

 

Si The Swords of Ditto ne brille certes pas par son originalité, il semble pourtant apporter à la formule du Zelda-like de nouvelles idées bienvenues et surtout est réalisé avec grand soin sur tout ses aspects : de la personnalisation de nos personnages plus riche que nous pourrions croire, aux combats dynamiques, à la richesse de l’équipement en passant par sa plastique et bien sûr son concept même : celui d’écrire un mythe que notre avatar suivant se devra de dépasser. Notre seule crainte vient de l’aspect coopératif du jeu : si aucun puzzle ou boss ne nécessite deux joueurs, il est certain que cela rythme l’expérience et la rend plus plaisante, aussi le titre pourrait peut-être vite lasser un joueur solitaire. En attendant de pouvoir donner un verdict définitif, The Swords of Ditto apparaît déjà comme prometteur et verra le jour, si tout va bien, en 2018.

Commentaires (2)

#2

mophentos
Paladin

il s’écoulera cent ans et l’île de Ditto évoluera – une grande partie des zones étant soumise à la génération procédurale, de même pour les donjons –, et vos actes auront des conséquences.


pour ma part c'est un très bon concept ... je vais surveillez ce jeu :)
#3

cabfe
Seigneur

Avec un nom pareil, "ditto", ce n'est guère étonnant qu'il ne soit pas très original.
On peut même dire qu'ils l'affichent dans le titre.
Mais ça ne veut pas dire qu'il ne sera pas bon !




Voir tous